Qu'est ce qu'un SEL ?

Publié le par l'Extra-Marche

Un SEL est un Système d'Échange Local et permet à des particuliers d'échanger pic19912.jpgde gré à gré, des biens, services, et savoirs de tous genres : Je propose du co-voiturage, un tel propose une aide en bricolage, un tel, garde les enfants, ou veux apprendre à coudre, un autre donne des jouets, etc. .

Ce système d'échanges n'est pas réservé aux minima sociaux ou personnes en difficultés, loin de là, mais à quiconque souhaite un autre mode de vie, plus naturel, originel.

Sous forme d'association en général, (de fait ou loi 1901) les services rendus par chacun doivent varier sous peine de ressembler à du travail au noir.

Dans la pratique courante du SEL, une monnaie fictive est créee, et permet  d'évaluer le service rendu. Très souvent nommée "grain" (de sel), son nom  varie mais sa valeur reste en général identique à travers les SELs, (soit 60 unités locales = 1 heure travaillée).

Dans un SEL,, le seliste n'est pas obligé de rendre un service à la personne qui l'a aidé. C'est une sorte de communauté, comme dans une famille ou je vais aider mon père, ma mère, mes frères et soeurs, mes cousins, mes amis, etc. , naturellement ! C'est comme disent certains créer un village dans une ville ou un territoire., bref tisser du lien, et multiplier les rencontres entre personnes ne se connaissant pas au préalable.

Le but final du SEL reste cependant la possibilité d'échanger des coups de mains, sans compter, juste par dévotion, et par une prise de conscience comme quoi, tout n'est pas payant (ex : le soleil, la pluie, l'amitié, les sentiments, la solidarité, etc.). (voir article  Vous avez dit gratuit ? ).

Nos locaux aux sein de l'Extra-Marché, ouverts plusieurs fois par semaine, offrent l'avantage par rapport aux autres SELs existant, de faire se rencontrer les selistes avant d'échanger.

Un atout majeur qui crée un climat de confiance tant nécessaire à notre époque ou de simples faits divers relatés par les mass médias font croire à une généralisation de crimes et délits.

 

Histoire des S.E.L 
(source wikipedia.fr)
Le premier SEL (LETS en anglais, pour Local Exchange Trading System) a été fondé au Canada, dans les années 1980. Michael Linton, écossais, qui vivait sur l'île de Vancouver, voulait ainsi aider les habitants de cette région touchée par le chômage. Il a donc proposé de créer un système basé sur le troc, dans une grande communauté, à l'aide d'une monnaie locale.

L'expérience fut plutôt positive, malgré les réticences de certains éléments clés de la région. Elle a duré cinq ans, avant de s'arrêter, suite à des problèmes internes de bureaucratie trop lourde et manquant de transparence, ce qui a amené une perte de confiance des adhérents. Une vingtaine de systèmes semblables avaient cependant été lancés un peu partout en Amérique du Nord entre-temps.

Le premier SEL moderne de France a été créé en 1994, en Ariège. En 1996, Strasbourg était l'une des premières grandes villes de France à voir naître un SEL. Dix ans après, il y a près de 300 SEL dans 96 départements, de tailles plus ou moins modestes (de deux à quelques centaines de membres) suivant les régions, qui permettent à plus de 20 000 personnes de procéder à des échanges.
On en trouve aussi en Australie, au Japon ou en Amérique latine et bien sûr dans d'autres pays d'Europe: Belgique, Suisse … .

Système d'échanges locaux au départ, des réseaux plus vastes se tissent entre "selistes" et il existe aujourd'hui des réseaux inter-SEL, des routes du SEL, des stages de SEL.

 

pic25667.jpg

Commenter cet article