le mandat impératif

Publié le par l'Extra-Marche

Nous voici en période de campagne électorale présidentielle.

Dans notre soi disante "démocratie" un mandaté (président, député, maire, etc.) une fois élu a plus ou moins carte blanche, le mandat impératif pourrait permettre de résoudre ce non sens, explications (sources http://wikipédia.fr) :

Le mandat impératif est le pouvoir délégué à un individu ou une organisation élu(e) en vue de mener une action définie dans la durée et dans la tâche, selon des modalités précises auxquelles il ne peut déroger.

Il s’oppose au mandat représentatif L'actuelle Constitution française indique dans son article 27, relatif aux membres du Parlement, que « tout mandat impératif est nul »...

...Jean-Jacques Rousseau se montre critique de la démocratie représentative et préconise une démocratie directe utilisant le mandat impératif.

« La souveraineté ne peut être représentée par la même raison qu’elle ne peut être aliénée ; elle consiste essentiellement dans la volonté générale, et la volonté ne se représente point. [...] Les députés du peuple ne sont donc ni ne peuvent être ses représentants, ils ne sont que ses commissaires ; ils ne peuvent rien conclure définitivement. »

Pour Rousseau, la « souveraineté populaire » se traduit par une concentration des pouvoirs dans les mains du peuple, la prise de décision par la démocratie directe et l'élection de « simples officiers exerçant en son nom le pouvoir »...

...Le mandat impératif ne peut pas être absolu....Le degré de la liberté d'initiative, tout comme l'évaluation du respect par l'élu de son mandat, sont donc dépendants des informations que transmettra l'élu à ses électeurs sur le déroulement de sa mission....

Le mandat impératif existerait dans des pays comme la Chine, l’Inde, le Nigeria, l’Afrique du Sud, Cuba, le Viêt Nam ou la Corée du Nord.cNéanmoins, le caractère totalitaire de certains des régimes de ces pays laissent penser qu'en réalité, l'idée même de mandat impératif n'est pas respecté, puisque le peuple ne peut renverser son/ses "élus".

On retrouve des systèmes analogues dans la constitution de l'an 01 (1793), sous la Commune de Paris (1871), lors de la révolution espagnole (1936), dans la Kabylie en Algérie durant les années 2000, dans la Commune d'Atenco au Mexique (de 2001 à 2003), aujourd'hui en Allemagne, les ministres délégués qui forment le Bundesrat s'expriment en fonction d'un mandat impératif reçu du gouvernement des Länder.

A noter aussi que l'Europe ne souhaite pas cette vraie démocratie qu'est ce simple mandat impératif (rapport de la Commission européenne pour la démocratie par le droit dite commission de Venise des 12-13 juin 2009 (CDL-AD(2009)027f / étude n°488-2008 du 16 juin 2009))

Allez expliquer aux candidats et élus actuels que si ils faillissent dans leur mandat, ils sont démis de leurs fonctions, aucun n'ose même en parler, alors le proposer dans leurs programmes.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Parlez-en, il faut que ces solutions soient connues du grand public.

Publié dans politique

Commenter cet article

bertheault 29/11/2011 11:43

que si les français reconnaissaient l'avance des allemands en la matière, et en écologie qui est une certaine hauteur de vue sur le bonheur possible des peuples, ils seraient des européens plus
intelligents...plus braves, plus réalistes;
déchirante et ridicule question francointellolligarchiotteparigote: "De Gauche?"

l'Extra-Marche 30/11/2011 07:34



On pourrait dire aussi , et on l'entend assez souvent, que la Suisse est un modèle, encore mieux que l'Allemagne, tant au niveau de la démocratie que de l'environnement.


Est-ce lié à leur cadre de vie, "leurs" richesses, il y a de fortes chances !!!


Mais tout est biaisé, leur éthique est liée à leur égoisme, leur fierté d'etre au dessus des autres, ainsi, ils ont une forte tendance fasciste (le fascisme c'est : patrie - culte du chef -
militarisme).


La question clé reste l'humanisme, et en la matière, ce sont  souvent les populations indigentes et opprimées, qui ont une longueur d'avance. Et c'est le fait que leur soit imposé un modèle
consumériste, pollueur, et totalitariste qui les mets devant la réalité ; l'espoir du respect de la vie.