Comment éduquer un chien (éduquer n'est pas dresser !)

Publié le par l'Extra-Marche

chien.jpeg 

Ce petit mémorandum n’est certainement pas exhaustif, si il vous paraît rébarbatif, sachez que la plupart des conseils qui vont suivre ne sont pas si durs une fois qu’ils deviennent habitudes.

 

Il faut différencier l’éducation du dressage. Ce dernier est lié au travail de l’animal, alors que son éducation concerne le rapport social avec un animal ayant une fonction de compagnie.

 

Le chien est un peu une éponge, il ressent ce que vous ressentez. Tel chien, tel maître !

Nous sommes responsables de ce qu’est notre chien. Si vous avez peur, il aura peur et deviendra agressif. Surtout chez les mâles, retenir un chien en laisse devant un autre chien lui fera comprendre qu’il y a danger, et il va se mettre à grogner et vouloir mordre l’autre animal. Laissez les chiens faire leur vie entre eux, ignorez les (ne les regardez même pas si il le faut). Intervenir lors d’une rencontre entre deux mâles peut transmettre votre peur et provoquer un combat.

Les molosses ne sont pas plus méchants que d’autres. il y a vingt ou trente ans, les bergers allemands était considérés comme tarés. L’éducation, donc le maître est le principal responsable du comportement du chien, nous ne le répéterons jamais assez !

En règle générale, les chiens peuvent être éduqués jusqu’à n’importe quel âge.

Selon les races, l’éducation sera plus simple ou plus difficile, chaque race a sa fonction, son caractère de par les croisements réalisés depuis des millénaires (bergers, ratiers, terriers, etc.) renseignez-vous bien avant de choisir.

Il ne faut pas prendre un animal de compagnie pour seulement offrir un jouet de plus aux enfants, ou pour votre seul plaisir. Ce serait une grave erreur. Il faut savoir qu’avoir un animal demande de s’y consacrer beaucoup.

 

Les animaux ont des fonctionnements différents des nôtres.

Ils ne voient, n’entendent, et ne pensent pas de la même manière que nous.

Déjà, les besoins essentiels du chien peuvent se résumer à

- Se promener librement environ 1 heure tous les jours.

- Jouer au moins 20 mn tous les jours.

- Manger régulièrement ce qu’il connaît.

- Avoir sa place à lui, son territoire personnel.

- De l’affection.

- Des contacts avec ses congénères.

- Sentir au moins un centaine d'odeur par jour.

- De l’autorité.

Le chien fonctionne toujours par le principe de la meute (groupe), avec un chef, le «dominant». C’est le point clé de l’éducation canine.

Le but réside donc dans le fait de rendre son chien dominé, du moins d’être soi-même le dominant dans votre meute. Pour cela, voici quelques règles simples ;

- Manger avant le chien

- Passer les portes le premier

- Éviter de répéter un ordre (être ferme)

- Garder le même mot pour chaque ordre

- Définir un territoire (par exemple lui interdire, la chambre, la cuisine)

- Éviter de le laisser mettre ses pattes sur vous.

Un chien dominé aura la queue basse, un dominant, la queue en l’air.

Ce rapport de dominance est remit en cause en permanence (le chef peut changer, et le plus fort doit diriger), c'est donc un rapport qui durera tout le temps.

Certaines races de chiens nécessitent une extrême fermeté, d’autres ont une tendance contraire à comprendre et ne pas chercher trop les conflits.

Attention, si vous voulez qu’il vous obéisse bien, les ordres donnés d’une voix douce sont extrêmement plus efficaces qu’une voix méchante ou menaçante. Il faut souvent dépasser sa colère pour un rappel.

Pour montrer votre mécontentement, libre à vous, les chiens montrent leurs crocs, grognent, mais comprennent l’intonation d’une voix en colère, un regard agressif ou un geste.

Sachez que si vous vous penchez sur un chien, il risque de croire qu’il se fait gronder, il vaut mieux fléchir les jambes, s’accroupir.

Les chiens fonctionnent sur le moment présent. Ils ne comprendront pas une réprimande venue 10, 20 mn après les faits. il est donc inutile de le gronder, le punir, si vous ne les prenez pas sur le fait.

Il est en général inutile de frapper un chien, il peut tout comprendre de manière douce.

Le frapper ne peut engendrer que des problèmes sociaux ou de comportement (avoir peur des humains, ne pas obéir car peur d’être rossé, etc.).

 

Dans le cas des chiens qui ne peuvent rester seuls à la maison, il vous faut comprendre que dans de tels cas, votre chien angoisse, tout simplement parce que vous lui dites au revoir avant de partir. C’est ce qu’il y a de pire chez les chiens, se faire abandonner, exclure de la meute. Idem à votre retour à la maison, si vous lui faites la fête, lui dîtes bonjour, il s’agît alors pour lui de retrouvailles et justifie son angoisse due à votre départ.

La solution réside dans le fait d’ignorer le chien absolument au moins 20 mn avant de partir, et 20 mn après votre retour. Essayez, résultat garanti !

 

Sachez aussi que nos amis les chiens peuvent retenir des centaines de mots, d’ordres.

 

La récompense (biscuit pour chien, croquette, caresse) systématique après un acte d’obéissance est certainement la meilleure solution pour une bonne obéissance de sa part, avec l’éducation infuse ; technique douce et moderne, qui requiert une très forte attention de votre part  ;

Il s’agit de faire assimiler un des gestes du chien avec des mots ou des sons.

Par exemple, au moment précis ou votre chien se couche de lui-même, donnez lui l’ordre «couché !», quand il décide de venir vers vous «viens ici !», etc.

Par ce procédé, le chien assimilera automatiquement le son, le mot, à l’acte.

Cette méthode demande une très forte réactivité de votre part (ne pas donner l’ordre trop tôt ou trop tard), et surtout une grande régularité jusqu’à ce qu’il ait assimilé pleinement.

Sachez l’observer, dans ses choix et sur l’instant présent, et vous le comprendrez certainement très bien.

 

Éduquer un chien, éduque un humain !

Publié dans culture

Commenter cet article